Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GALAMAOUD ASSOCIATION SPELEO

GALAMAOUD ASSOCIATION SPELEO

Actualités du club spéléo de Carqueiranne

Publié le par Yves
Publié dans : #Spéléo

Participants : Pierrot, Kiki et Yves.

 

Traditionnel rdv à la boulangerie. Je monte en voiture car le temps est menaçant. Je n’aimerai pas que le matériel prenne l’eau.

Je commence par m’embourber sur la piste après KOUROU. La piste était trop glissante et je n’arrivai pas à rester hors des ornières trop profondes. Kiki avec son  4x4 est sorti de l’ornière et nous avons rejoins Baïkonour  par une autre piste.

Nous commençons par monter une bâche et nous n’avons pas finis de l’installer que la pluie commence. Sous cet abri précieux placé au dessus de l’entrée n 1, pierrot et Kiki commencent la topographie. Je mets une corde en place pour remonter le P5, puis je reprends la recherche du courant d’air avec le bâton d’encens. Il n’y a pas un brin de vent à l’extérieur et le courant d’air est inexistant. La suite entrevue s’avère bien décevante, il y a une minuscule fissure en inter strate et pas de courant d’air notable. Nous mangeons sous la bâche et pierrot sort les topo provisoires, il s’avère que le trou N°2 (qui devrait être le trou N°1 puisque c’est le 1er trouvé) est décalé par rapport à la cheminée. Nous décidons d’en entreprendre la désob. La pluie ne cessera pas de toute la journée. Nous sommes un peu humide et avons un peu froid sous ce crachat. En fin de journée nous sommes descendu de 2m. La suite est sous nos pieds obstrués par la terre dans cette faille colmatée par les remplissages des paysans.

 

 

Baïkonour1 

Voir les commentaires

Publié le par Yves
Publié dans : #Spéléo

Participants : Christian Morel (Kiki) et Yves.

 

Rdv à 9h à la boulangerie. Je charge le matériel dans le Pick-up 4x4 de Kiki. Il y en a plus qu’il n’en faut.

Nous nous arrêtons au parking de Kourou pour déposer un bidon dont j’ai réparé les poignées et direction Baïkonour.

La grosse barre à mine sera utilisée exclusivement. Christian réduira en morceaux quelques blocs un peu trop gros pour être sortis du fond du trou qui est étroit. Nous tirons beaucoup de sceaux de pierres et de terre. En fin de matinée, un vide se dégage au sud à -3m.

Après avoir cassé la croûte assez brièvement car l’impatience de voir ce qu’il y a derrière est là. Nous remontons les 50m qui nous séparent du 4x4 et continuons notre œuvre. Un vide assez important devient visible, d’un mètre ou deux de profondeur, avec 2 a 3m de développement et colmatage de terre au fond. Il y a aussi du vide sous nos pieds entre les cailloux et vers l’ouest, et vers le nord aussi ;

Nous ne savons pas très bien où est la suite. Un effondrement de pierres se produit au nord, dégageant un vide. Derrière, il y a des empilements. Nous sommes dans un lapiaz qui a été comblé pour aménager des terrasses. L’endroit est à un croisement de failles. Je peux profiter de l’espace dégagé pour descendre d’un mètre et évacuer plus rapidement ce qui nous gêne.

Face à moi, il y a un bout de galerie coupée par une faille. Je peux bientôt descendre dedans. A droite il y a un remplissage de remblais, à gauche c’est dégagé et non loin un puits s’ouvre, étroit et concrétionné. J’appelle Kiki sans lui donné d’autres détails que : « Viens voir ! »

Massette et burin rentrent en jeu. Quelques blocs nous barrent l’accès au puits. Mais Kiki, tel Roland à Roncevaux assène de terrible coups à la pauvre roche et la réduit en petits morceaux. Il n’y a plus qu’à s’engager dans un espace à la dimension d’un corps humain, descendant sur 5 ou 6m. Bientôt je prends la même route que Christian avec une petite pensée pour le retour.

C’est étroit et il n’y a pas beaucoup de prises : la remontée ne sera pas très confortable.

Nous débouchons sur un réseau de failles et en faisant vite le tour, nous sommes à environ -12m.

Il y a aussi des cheminées et beaucoup de pierres obstruant certains endroits.

Les paysans d’un autre siècle les y ont déversés par tombeaux.

Lors de la désobstruction, nous avons rencontré des tessons de poteries et des morceaux de briques ou de tuiles. Il n’est pas possible de ne pas avoir de pensées pour ceux qui, en un autre temps ont vécu ici.

En tous cas, des cailloux, ça, ils en avaient !

Je remonte chercher mes bâtons d’encens et redescends en même temps le burin et la massette afin d’entreprendre la chasse aux courants d’air.

J’ai beau fouillé le moindre interstice, je ne trouve pas grand-chose de significatif.

A un moment, je m’engage au fond de la faille la plus profonde et vois la fumée de l’encens qui part devant moi vers le fond.

Je l’incruste ensuite dans un espace étroit et en haut d’une fissure impénétrable, dans l’état, il y aune petite ouverture. Elle se dirige en direction de la rivière. S’il y a quelque chose ; ça paraît ne pouvoir qu’être là…

Voir les commentaires

Publié le par Yves
Publié dans : #Spéléo

Participants : Jacques et Yves.

 

 

Le RDV a été reporté à 11h pour cause de couché tardif et d’élections. Je commence par bricoler le matériel et refaire le tour des trous respirants pour voir ce qu’ils disent après l’ouverture de Kourou. Il y a pas mal de vent et ils sont à dominance soufflants avec de très courts appels d’air. J’en trouve un nouveau à côté de l’Evelyne sans doute ouvert par les sangliers. Nous effectuons le portage sans difficulté. Les bouteilles et détendeurs dans un bidon ne pèsent guère + que le perfo avec les 2 jeux de batteries... Jacques effectue la 1 ère plongée dans une vasque à gauche de Kourou puis nous allons jeter un coup d’oeil dans les flaques en dessous de l’oeil de Luc avec un masque. Jacques voit une galerie qui part donc je retourne chercher les bouteilles. A chaque plongée, Jacques laisse son fil d’Ariane et s’arrête à cours de fil. Le résultat des plongées sera publié sous forme de croquis. Les plongées ne sont pas finies mais me donnent des informations sur les circulations d’eau du secteur de la ruine et de Planesselves. Une petite galerie semi noyée part en direction possible du secteur Evelyne. L’œil de Luc repart nord ouest direction des galeries sans développement important, ce qui laisse à penser qu’il n’y a rien de plus qu’une circulation d’eau inférieure qui va vers le S3 en faisant quelques contours. Ce qui n’a rien de surprenant dans ce secteur gruyereux.

 

Plane2A4

Plong001

Plong002

Voir les commentaires

Publié le par Laure
Publié dans : #Spéléo

Participants:  Laure, Delphine, Guillaume, JC, Sophie, Gildas

 

Les indications de franck sont parfaites pour trouver l'entrée de l'aven et c'est vers 12h que Guillaume s'engage en premier dans le trou.

Les petites bêtes du premier puits ne sont pas vues...ouf! On enchaîne les descentes équipées la veille et je double Delphine et Guillaume au niveau de la lucarne pour aller installer la dernière corde manquante. On arrive dans la salle du fond et ses calmars géants et ses perles des cavernes par dizaines...c'est beau!

Tiens, une étroiture quelque peu humide...si on y allait?! derrière on retrouve un cheveu d'ange...la finesse se même à la robustesse....c'est beau!

Malgré ses efforts pour éponger la flaque d'eau, Gildas ne verra que les photos de la petite salle de derrière.

On visite le reste de la salle et on remonte.RIMG0046 Et là, les jolies araignées de l'entrée nous attendent, bien sagement et surtout très bien nourries!

RIMG0038 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RIMG0055     RIMG0058

Voir les commentaires

Publié le par Martial
Publié dans : #Spéléo

Participants : Franck, Martial

 

Le RDV est fixé pour 9h30 à la boulangerie de Soliès Toucas, Franck arrive (avec un peu de retard!!!), je vois bien que la nuit à été difficile, il est fatigué... Une fois son sandwich dans la poche, nous voilà parti en direction de l' Aven TAGADA, la barrière de l' ONF est ouverte (merci à l’âme charitable qui a demandé l’autorisation), ce qui diminue considérablement le temps d’approche sur le site!!! Une fois changé tout de rouge vêtue, les kits sur le dos, il nous reste une dernière montée d' une quinzaine de minutes, une chance Franck à la mémoire qui ne faillit pas et il retrouve avec facilité l' accès, une sente situé entre deux dolines, a l ' Aven TAGADA. Un trou béant, de 80 x 50 approximatif, en guise d’ouverture et donc de passage se tient à mes pieds ouuups!!!! Il est 11h30, on décide donc de prendre notre repas pantagruélique, une fois le ventre bien rempli et une petite siètoune, Franck se mets à l' oeuvre, il commence à équiper le puits. C’est parti on entame la descente, pour ma part j’ai quasiment jamais fait de vertical de cette profondeur, c’est une première!!!

Franck me mets en garde de ne pas trop frotter ou s’appuyer contre les parois pour éviter les chutes de pierres éventuelles, je le laisse donc prendre de l’avance.

Lors de la progression je découvre une première salle, large pour le coup,  dites Salle des Prémices, bien concrétionnées. Les puits se succèdent P14 P31 P13, cheminement d' étroitures, fractios, dèv et lucarne, P7 P7 et la, la désolation, la peine en s' apercevant qu' il nous manque une vingtaine de mètres pour équiper le dernier puit!!!   Celui-ci tant attendu car d’une beauté extraordinaire, la Salle des Dents de la Mer.

Arrivés au terme de notre descente, nous faisons demi tour et commençons notre remontée, tout en laissant derrière nous l' équipement pour le deuxième groupe du lendemain dimanche, ou six personnes sont attendues, leur laissant le soin de terminer le tronçon manquant!!!!

La sortie s’effectue aux alentours de 16h30. Belle épreuve de verticalité en ce qui me concerne, très content du site et bien évidemment à refaire pour valider, par une photo, cette Salle des Dents de la Mer.....

Nous souhaitons bonne ballade à tous ceux du dimanche 22 avril.

 

Cavernicolement

PICT2869

 

PICT2890

 

PICT2898

Voir les commentaires

Publié le par Yves
Publié dans : #Spéléo

Participants : Kiki, Jacques et Yves.

 

Désob sur les trous respirant du réseau de la ruine. 150m avant l’ARCAS.

Rdv à 10h à la boulangerie. Nous retrouvons Jacques au parking de Kourou. Nous reprenons les points GPS des trous et optons pour la désobstruction du trou inférieur qui présente le courant d’air le plus net. Kiki retrouve une nouvelle cavité à gauche du chemin à l’intérieur du virage. Mais pas de courant d’air notable et loin de la rivière.

Après avoir casser la croûte, nous entreprenons une nouvelle prospection du secteur.

Kiki remontera jusqu’à l’ ARCAS (barreau magnétique poser dans l’amont du réseau de la ruine par les plongeurs). Nous ne trouvons rien de nouveau. Kiki est redoutable à la massette de même qu’à la barre à mine.

Nous extrayons des blocs importants dont certains doivent être réduits en morceaux pour être sortis. Travail où Kiki excelle, mais nous avons perdu le courant d’air, bouché par la terre et des petits cailloux.

 Il passait entre des pierres lavées par l’eau. Nous n’en voyons pas encore le cheminement net. Il était puissant et doit correspondre à une ouverture fraîche, quelque part, mais ce sera pour la prochaine séance.

Nous sommes descendu d’environ 2m en mesurant à l’élastique !

 

ruine KR prospect 

Voir les commentaires

Publié le par Franck
Publié dans : #Spéléo

Participants GAS : Zette, Delphine, Yves, Franck.

 

Premier exercice de l’année des spéléos secours varois dans l’entrée de l’abîme de Maramoye sur la commune du Beausset.

Pour cette fois nous sommes deux chefs d’équipe : Jacques Goupil et moi.

Nous avons relevé le défi de sortir Yann (115Kg) en civière dans le puits d’entrée en balancier.

Nous serons obligés de mettre deux personnes en contrepoids.

Une bonne journée d’entraînement !

 

RIMG0020

 

RIMG0022

 

RIMG0023

 

 

 

 

 

Voir également l'article sur le blog de l'ACV 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Franck
Publié dans : #Spéléo

Participants : Jacques, Yves et Franck.

 

Nous nous retrouvons sur le parking de Kourou avec Jacques qui va plonger en première le siphon5. Une tendinite a obligé pierrot à déclarer forfait.

Jacques conditionne le matos de plongée dans un des fameux bidons qu’Yves a fabriqué spécialement pour la progression dans Kourou. Ils sont réalisés avec des bidons de 20L en plastiques rigides qui glissent bien sur le sol. Nous allons également emmener un appareil de mesure de gaz afin d’analyser l’air dans Kourou River et plus précisément entre la voûte mouillante et le S5.

Le portage s’annonce difficile (surtout pour moi) car mon fardeau pèse environ 16kg. Yves se charge d’un gros bidon avec les hauts de néoprène et jacques d’un petit avec massette, burin etc. ! Nous entrons sous terre vers 13h.

Deux jours plus tôt, une bonne pluie a arrosé la région et nous avons hâte de voir comment les niveaux d’eau ont évolué. Arrivé dans la galerie nous enfilons les hauts de néoprène et c’est parti !!

Dans la galerie qui mène au S4, nous constatons que les débits sont plus importants que d’habitude. Mais en arrivant au carrefour entre la rivière de Planesselve et Kourou River, notre surprise est grande en voyant qu’en réalité le débit principal vient de Kourou River ! Et non pas du S4 !

Nous poursuivons notre cheminement et juste après avoir passé la voûte siphonnante, le « Drager » se met en alarme !...

Nous supposons qu’il n’a pas apprécié l’immersion totale et poursuivons notre cheminement. Les parois se resserrent et le portage devient plus compliqué. Chaque effort demande beaucoup d’énergie et je m’essouffle vite.

Après la dernière cascade, Jacques commence à s’équiper. Je l’accompagne dans la galerie semie-noyée qui mène au siphon, puis j’observe le faisceau de sa lampe disparaître.

Ensuite, je rejoins rapidement Yves qui a déjà sortis le matériel de désobstruction au niveau d’une arrivée d’eau qui sort perpendiculairement à la paroi. C’est la deuxième fois que j’essaie de franchir ce conduit étroit qui semble être un « ancien fossile » de cet affluent. Nous nous relayons avec Yves pour creuser, mais après quelques coups de massette, nous avons bien du mal à reprendre notre souffle. Il nous semble que l’oxygène manque à cet endroit. Le retour de Jacques stoppe net nos travaux et nous le rejoignons afin de connaître le résultat de sa plongée.

Le siphon 5 fait environ 25m et donne dans une salle concrétionné d’où repart un autre siphon (S6).

Temps de plongée : 30 mn, profondeur : -2M

Retour sans encombre, nous ressortons de Kourou vers 19h30.

TPST 8h30

 

La lecture à l’ordinateur des paramètres du « Drager » nous indique que le CO2 est monté à 3.5% et que l’O2 est tombé à 16.4% !...

 

Voir les commentaires

Publié le par Franck
Publié dans : #Spéléo

Participants : Yves, Kiki (Maurel) et Franck

 

Nouvelle explo dans la rivière souterraine de Planeselves. Cette fois, nos recherches s’orientent dans le réseau de la ruine avec Kiki qui a participé à l’époque à l’explo en première en passant par les siphons ! Il pense ses souvenirs d’un endroit où il pourrait y avoir une suite.

Nous rentrons sous terre vers 11h30 en apportant le matos de désobstruction dans un bidon étanche.

Mais une fois sur place, sa mémoire lui fait défaut. Les années ont passé mais peu importe, nous fouillons les moindres recoins avec les 1500 lumens de ma lampe.

A la côte -30 sur la topographie, nous nous acharnons sur une trémie remontante, mais après avoir sorti une dizaine de blocs, cette dernière devient très instable et stoppe net notre enthousiasme.

Ensuite, direction le siphon de la ruine. Dans la salle à -34,5, nous retrouvons la même configuration géologique que dans la trémie. Donc pas de regret, la jonction entre ses deux galeries est évidente.

Nous ressortons vers 15h30

TPST : 4h

 

Avant de partir, petite séance de prospection en surface vers le barreau magnétique qui avait été posé post siphon dans l’amont du réseau de la ruine.

Résultat plusieurs entrées trouvées ! À suivre…

 

Plane2A4RIMG0002

RIMG0006Kiki devant "l'oeil de Luc"

 

ruine KR prospect

 

Voir les commentaires

CALENDRIER

23.08: Maglia (complet

24.08: vallon de basséra?

25.08: vallon de carleva?

17-18.10: week-end plateau de Siou blanc

 

 

 

 

 

 

historique et presentation

Au départ, 4 copains de Carqueiranne qui pratique la spéléo depuis l’âge de 15 ans.

Nous nous rapprochons vite du SCS (Spéléo Club de Sanary), club très structuré où la famille Clément nous accueille à bras ouverts. Pendant 4 ans, Hervé Tainton, président du club va nous entraîner sur de nombreux massifs calcaires dans des aventures plus rocambolesques les unes que les autres.

Petit à petit, nous faisons découvrir notre passion à d’autres amis de notre commune. En 1983, nous décidons de nous émanciper en créant un club à Carqueiranne. Etant tous motards, nous avons fait en sorte que les initiales du nom fassent GAS, le G étant tiré d’une vieille légende provençale.

 

Depuis le début, le club est affilié à la FFS (Fédération Française de Spéléologie) avec une forte implication dans la vie et les actions fédérales.

Par ailleurs, il a un agrément « Jeunesse et sports » et est membre du CDS 83 (Comité Départemental de Spéléo).

Son fonctionnement est totalement basé sur le bénévolat. Les anciens initient et forment les nouveaux qui à leur tour deviennent encadrant.

Actuellement, il est partenaire actif de l’EDSC 83 (école départementale de spéléo et de canyon) et est engagé auprès du SSF 83 (spéléo secours) pour diverses missions spécialisées.

Il dispose d’un matériel collectif conséquent qui permet de pratiquer la spéléologie sportive ou d’exploration, le canyoning, l’escalade et la randonnée engagée.

 

Deux bulletins retraçant nos aventures de 1983 à 1997 ont été édités par Alain Kilian et sont disponibles ci dessous, ainsi que tous les comptes-rendus annuels d’activités depuis 2005.

 

Comptes rendus annuels

 

Toutes les vidéos sont à retrouver sur le lien :

 

Vidéos

 

Quelques articles de presse :

 

Articles

 

COMPOSITION DU BUREAU

 

Présidente : Laure Mattéoli

Vice présidente : Carine Fourcade

Trésorier : Franck Prévost

Secrétaire : Laurent Kilian

Secrétaire adjointe : Zette Mattéoli

 

Adresse postale : 79 rue Jean Jaurès, 83320 Carqueiranne

Tel : 06 09 09 28 12

Mail : contact@speleogas.org

Articles récents

Hébergé par Overblog