Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GALAMAOUD ASSOCIATION SPELEO

GALAMAOUD ASSOCIATION SPELEO

Actualités du club spéléo de Carqueiranne

Publié le par yves
Publié dans : #Spéléo

Lundi 26 octobre 2009 : L’endémique

Déséquipement en solo avec incident ou dans la série : Je rencontre une Raymonde et lui propose : « et si on se mordait l’oreille ? »

J’aperçois la corde d’entrée que j’ai installé, c’est le dernier fractio. Je remonte  tout l’équipement de l’endémique, accroché à mon baudrier plus tout l’outillage resté au fond. J’envoie devant moi le sceau que je gère à part pour ne pas qu’il s’accroche partout. Je me place dans le passage étroit et d’un seul coup, je ne comprends pas ce qu’il m’arrive. C’est comme si j’avais pris un grand coup de bambou sur le côté de la tête. Où je suis, ne vois pas qui a pu me le mettre.

J’essaie de comprendre la situation : je suis bloqué sous une pierre que j’arrive à bouger, coincé par le crawl, la poignée et par le casque. D’ailleurs, il y a la sangle qui m’étrangle et je n’arrive plus à respirer. C’est vite ingérable.

J’enlève mon gant droit. Et j’arrive à atteindre la boucle. Mes doigts se referment dessus. Elle s’ouvre, c’est déjà mieux.

Je tire comme un fou et arrache la tête. Ca fait mal, mais c’est beaucoup mieux. J’arrive à descendre un peu en dégageant alternativement poignée et crawl ; c’est encore mieux.

Il faut que je trouve ma frontale de secours pour voir la situation : c’est le bloc où est fixé le deuxième amarrage du mickey qui est descendu. Mon casque est coincé dessous. Je sens quelque chose qui coule sur le côté. Je touche, c’est du sang. Ce n’est pas grave, je vais bien, un peu contusionné, un peu écorché, rien de plus.

Maintenant, j’aimerai bien sortir d’ici avant l’arrivée des secours parce que l’attente risque d’être longue.

Je redescends chercher une autre issu. Dans ce gruyère, il y a des passages. Mais après examen, rien de praticable. Je remonte faire jouer le bloc sur l’amarrage, mais il y a le casque qui coince. Je n’arrive pas à le sortir.

Je redescends déballer les outils dans le kit. Je sors une massette, un burin et le pied de biche. Je cherche des emplacements où les poser en sécurité pour ne pas qu’ils dévalent dans le vide sous moi. Avec le pied de biche, j’arrive à dégager le casque et à basculer le bloc. Il y a un petit passage au dessus qui s’avère impraticable pour moi.

Il me reste une solution, c’est de défaire l’amarrage pour que le bloc descende. C’est un peu chaud car le lieu est étroit et je n’ai pas beaucoup de place pour le gérer. Comme il doit peser une centaine de kilos, je ne peux m’en remettre à ma bonne étoile, ou attendre…

Le boulon enlevé, je fais sauter la plaquette avec le pied de biche. Le bloc descend et s’arrête, coincé par les parois et une lame en dessous. Cette fois, l’issue est encore plus fermée.

C’est l’heure de jouer du burin et de la massette. Je casse ce que je peux du bloc et de ce qui est autour. La lame s’avère être un morceau de calcaire en travers avec un colmatage de boue et de morceaux de moindre importance. Je dégage ce que je peux derrière l’épée de damoclès.

J’arrive à enlever le bloc en dessous qui pèse déjà lourd même si il est tout petit comparé à la Raymonde. Elle ne tient plus que par peu de chose entre les parois et j’ai un peu plus d’espace pour gérer sa chute si elle dévale.

Je l’ébranle à droite, puis à gauche avec le pied de biche. Elle descend, se bloque et se couche.

La voix est libérée, mais il est tard. Couvert de boue des pieds à la tête, je mets une bâche sur mon siège et fonce « à la cabine téléphonique » rassurer tout le monde. Laure, Franck et Hervé étaient fort inquiets et ce dernier déjà en train de préparer la voiture pour monter voir ce qu’il se passait.

 Yves

Voir les commentaires

Publié le par Zette
Publié dans : #Spéléo

Dans le cadre de la journée de la spéléo organisée en inter clubs par la valette, il y eut beaucoup de monde : une quarantaine et je représentais le GAS.

Voici les impressions de quelques novices dans l’équipe Denis Jean-Claude, Zette.

 

« Nous partîmes 13 et par un prompt effort, nous nous vîmes 12 à la salle des sables. En effet Yasmina, forte de ses trois sorties et suivant Denis d’un pas alerte et « glaiseux », glissa fort malencontreusement sur un rocher couvert de boue. Rassurez-vous le rocher n’a rien et la nature étant bien faite, *Yasmina utilisa ses « air bags » pour amortir la chute. Malheureusement, nous n’avons aucune photo pour immortaliser cet instant…

Dans la série « supers pros » bien équipés, il y a les basquets de Marie-Pierre qui, se prenant pour des crocodiles dans les vasques d’eau, se mirent à béer de concert jusqu’à ce que Denis les musèle (les basquets, pas Marie et Pierre. Suivez un peu…) D’un bout de chambre à air et d’un lacet… un bricolage digne du ,meilleur épisode de mission impossible.

Toujours dans les séries, il y eut aussi une rencontre du troisième type avec des OVéSiens : un peuple sur terrien ayant pour devise « On Va Sortir », venus en pax visiter le monde souterrain. Il nous accompagna dans cette aventure tantôt rampant sur les rognons calcaires, tantôt courant dans l’eau, tantôt se hissant pour aller admirer carottes, bougies et autant d’autres stalagmites ou -tites, aux noms bizarres. Photos chez ACV la valette.

Les ovésiens en revinrent tous enchantés, prêts à faire découvrir nos us et coutumes via internet à leurs congénères.

Léa, 12 ans,  a bien suivi tous ses adultes, « allumés », qui persistent à emporter leurs leds respectives qui 4, qui 14, qui… ? demandez à Jean-Claude.

Léa donnera ultérieurement ses impressions.

Cette visite se fit, de plus, dans une suspension de vapeurs blanchâtres, transpercées ou éclairées tour à tour par les faisceaux lumineux, des sons de toute sorte nous entouraient amplifiés ou retransmis par l’ »écho…ambiance ! pas besoin d’aller en boîte. Jean- Claude faisait même concurrence au laser qui transperce le ciel de Carqueiranne le soir…

Bref,

Nous croisâmes les autres équipes dehors, surtout au pique-nique.

Salut à Papet, Olivier, Herrick, Sophie, Jérôme, Mélanie, Patricia, Sandre, et tous les autres.

 

Conclusion :

Impression d’irréel, mais bien réel pour les coudes, les genoux et « autres muscles » - on reviendra.

 

Voir les commentaires

Publié le par Laure
Publié dans : #Rando
participants: Laure, Franck et Clémence
Forts de notre expérience de la veille ( Clémence est très clame quand on bouge), nous voilà partis de la madrague , en direction du pic du Niel. Les premières randos de la nouvelle recrue se font sous le signe du soleil. 

Voir les commentaires

Publié le par Laure
Publié dans : #Rando
participants: Myriam, Manon, Julie, Laure, Franck et Clémence, la nouvelle recrue du GAS
Il aurait était dommage de ne pas profiter de cette belle journée ensoleillée. Un petit passage par le fort de Gavarès (de la gavarès??? je ne sais jamais)  et hop, nous grimpons jusqu'à la colle noire. Petite promendade, certes, mais avec un soleil aussi chaud pour la saison, il falait le mériter.

Voir les commentaires

CALENDRIER

01.12: si le déconfinement le permet: rdv à Truébis à 16h!

TOUS LES DERNIERS DIMANCHES DE CHAQUE MOIS:

sortie des petits avec une cavité adaptée aux plus jeunes

 

 

 

 

 

 

historique et presentation

Au départ, 4 copains de Carqueiranne qui pratique la spéléo depuis l’âge de 15 ans.

Nous nous rapprochons vite du SCS (Spéléo Club de Sanary), club très structuré où la famille Clément nous accueille à bras ouverts. Pendant 4 ans, Hervé Tainton, président du club va nous entraîner sur de nombreux massifs calcaires dans des aventures plus rocambolesques les unes que les autres.

Petit à petit, nous faisons découvrir notre passion à d’autres amis de notre commune. En 1983, nous décidons de nous émanciper en créant un club à Carqueiranne. Etant tous motards, nous avons fait en sorte que les initiales du nom fassent GAS, le G étant tiré d’une vieille légende provençale.

 

Depuis le début, le club est affilié à la FFS (Fédération Française de Spéléologie) avec une forte implication dans la vie et les actions fédérales.

Par ailleurs, il a un agrément « Jeunesse et sports » et est membre du CDS 83 (Comité Départemental de Spéléo).

Son fonctionnement est totalement basé sur le bénévolat. Les anciens initient et forment les nouveaux qui à leur tour deviennent encadrant.

Actuellement, il est partenaire actif de l’EDSC 83 (école départementale de spéléo et de canyon) et est engagé auprès du SSF 83 (spéléo secours) pour diverses missions spécialisées.

Il dispose d’un matériel collectif conséquent qui permet de pratiquer la spéléologie sportive ou d’exploration, le canyoning, l’escalade et la randonnée engagée.

 

Deux bulletins retraçant nos aventures de 1983 à 1997 ont été édités par Alain Kilian et sont disponibles ci dessous, ainsi que tous les comptes-rendus annuels d’activités depuis 2005.

 

Comptes rendus annuels

 

Toutes les vidéos sont à retrouver sur le lien :

 

Vidéos

 

Quelques articles de presse :

 

Articles

 

COMPOSITION DU BUREAU

 

Présidente : Laure Mattéoli

Vice présidente : Carine Fourcade

Trésorier : Franck Prévost

Secrétaire : Laurent Kilian

Secrétaire adjointe : Zette Mattéoli

 

Adresse postale : 79 rue Jean Jaurès, 83320 Carqueiranne

Tel : 06 09 09 28 12

Mail : contact@speleogas.org

Articles récents

Hébergé par Overblog