Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GALAMAOUD ASSOCIATION SPELEO

GALAMAOUD ASSOCIATION SPELEO

Actualités du club spéléo de Carqueiranne

Publié le par Zette
Publié dans : #gasclub83
Après une copieuse collation, un échange de bon procédés avec Lolo, Myriam et les filles, une marche d’approche zigzagante mais suivie (l’équipe gazante ayant déjà fait l’Acheron la semaine précédente), nous voilà au bord de l’Etrier à 14h tapante.
La réputation de « parpinant » est bien fondée ; un entonnoir caillouteux ne demande qu’à se déverser dans le puits. Il va falloir faire gaffe gazouille Franck.
Avec précaution, Laure commence l’équipement du puits. Pas de problème jusqu’à la rencontre d’une armée d’arachnides monstrueuses (et oui Flower) qui défend l’accès aux spits. Laure livre bataille. Franck vient lui prêter main forte puis remplace, tamponnoir et marteau au poing, deux spits rouillés au deuxième fractio du P83.
Ouf ! Les gazinières et les gagziers peuvent poursuivre la descente évitant par ci par là de se prendre sur la tête une descente de pierres et éventuellement de pierres.
Le P83 est beau et sonore. On se croirait dans un tuyau d’orgue de pierre. Arrivés à la diaclase, Yves, Laure et moi nous pensons à l’abri de toutes chutes musicales quand un grand bruit sourd nous parvient de plus bas. Les ponctuations de Franck nous rassurent sur son sort : « Putain ! Putain ! »
Dans le P34 de la diaclase, venant dont ne sait où, un gros morceau de concrétion voulant jouer la contrebasse s’est écraser en bas sur la corde de Yves, à la grande surprise de Franck.
Voilà, après quelques bonbons et la photo du fond pour la gazette, vu l’heure (18h) nous entamons la remontée.
A la queue leu leu nous gazons pour sortir. Je n’ai pas trop le temps de réfléchir pour passer les fractios, le petit point lumineux de Laure loin en haut. Franck et Yves déséquipent.
Au dernier palier mon acéto frotte la terre et déloge les araignées ; Laure est contente……les déséquipiers bien moins à en croire les noms d’oiseaux qu’ils lancent.
Un ciel étoilé nous accueille. Je ne sais pas par où nous passons, mais sans aucune hésitation les gazopèdes nous ont conduits aux voitures. Bien content de l’explo.
 L'aven de l'étrier
Alors, Rocky et Dédé Olives, le gaz ça….
Conclusion : Yves a coupé sa corde.
Zette
 
 
 
 

Voir les commentaires

Publié le par Zette
Publié dans : #gasclub83
Après une copieuse collation, un échange de bon procédés avec Lolo, Myriam et les filles, une marche d'approche zigzagante mais suivie (l'équipe gazante ayant déjà fait l'Acheron la semaine précédente), nous voilà au bord de l'Etrier à 14h tapante.
La réputation de « parpinant » est bien fondée ; un entonnoir caillouteux ne demande qu'à se déverser dans le puits. Il va falloir faire gaffe gazouille Franck.
Avec précaution, Laure commence l'équipement du puits. Pas de problème jusqu'à la rencontre d'une armée d'arachnides monstrueuses (et oui Flower) qui défend l'accès aux spits. Laure livre bataille. Franck vient lui prêter main forte puis remplace, tamponnoir et marteau au poing, deux spits rouillés au deuxième fractio du P83.
Ouf ! Les gazinières et les gagziers peuvent poursuivre la descente évitant par ci par là de se prendre sur la tête une descente de pierres et éventuellement de pierres.
Le P83 est beau et sonore. On se croirait dans un tuyau d'orgue de pierre. Arrivés à la diaclase, Yves, Laure et moi nous pensons à l'abri de toutes chutes musicales quand un grand bruit sourd nous parvient de plus bas. Les ponctuations de Franck nous rassurent sur son sort : « Putain ! Putain ! »
Dans le P34 de la diaclase, venant dont ne sait où, un gros morceau de concrétion voulant jouer la contrebasse s'est écraser en bas sur la corde de Yves, à la grande surprise de Franck.
Voilà, après quelques bonbons et la photo du fond pour la gazette, vu l'heure (18h) nous entamons la remontée.
A la queue leu leu nous gazons pour sortir. Je n'ai pas trop le temps de réfléchir pour passer les fractios, le petit point lumineux de Laure loin en haut. Franck et Yves déséquipent.
Au dernier palier mon acéto frotte la terre et déloge les araignées ; Laure est contente??les déséquipiers bien moins à en croire les noms d'oiseaux qu'ils lancent.
Un ciel étoilé nous accueille. Je ne sais pas par où nous passons, mais sans aucune hésitation les gazopèdes nous ont conduits aux voitures. Bien content de l'explo.
 Alors, Rocky et Dédé Olives, le gaz ça?...
Conclusion : Yves a coupé sa corde.
Zette
 
 
 
 
 

Voir les commentaires

Publié le par Zette
Publié dans : #gasclub83
Après une copieuse collation, un échange de bon procédés avec Lolo, Myriam et les filles, une marche d?approche zigzagante mais suivie (l?équipe gazante ayant déjà fait l?Acheron la semaine précédente), nous voilà au bord de l?Etrier à 14h tapante.
La réputation de « parpinant » est bien fondée ; un entonnoir caillouteux ne demande qu?à se déverser dans le puits. Il va falloir faire gaffe gazouille Franck.
Avec précaution, Laure commence l?équipement du puits. Pas de problème jusqu?à la rencontre d?une armée d?arachnides monstrueuses (et oui Flower) qui défend l?accès aux spits. Laure livre bataille. Franck vient lui prêter main forte puis remplace, tamponnoir et marteau au poing, deux spits rouillés au deuxième fractio du P83.
Ouf ! Les gazinières et les gagziers peuvent poursuivre la descente évitant par ci par là de se prendre sur la tête une descente de pierres et éventuellement de pierres.
Le P83 est beau et sonore. On se croirait dans un tuyau d?orgue de pierre. Arrivés à la diaclase, Yves, Laure et moi nous pensons à l?abri de toutes chutes musicales quand un grand bruit sourd nous parvient de plus bas. Les ponctuations de Franck nous rassurent sur son sort : « Putain ! Putain ! »
Dans le P34 de la diaclase, venant dont ne sait où, un gros morceau de concrétion voulant jouer la contrebasse s?est écraser en bas sur la corde de Yves, à la grande surprise de Franck.
Voilà, après quelques bonbons et la photo du fond pour la gazette, vu l?heure (18h) nous entamons la remontée.
A la queue leu leu nous gazons pour sortir. Je n?ai pas trop le temps de réfléchir pour passer les fractios, le petit point lumineux de Laure loin en haut. Franck et Yves déséquipent.
Au dernier palier mon acéto frotte la terre et déloge les araignées ; Laure est contente??les déséquipiers bien moins à en croire les noms d?oiseaux qu?ils lancent.
Un ciel étoilé nous accueille. Je ne sais pas par où nous passons, mais sans aucune hésitation les gazopèdes nous ont conduits aux voitures. Bien content de l?explo.
 L'aven de l'étrier
Alors, Rocky et Dédé Olives, le gaz ça?.
Conclusion : Yves a coupé sa corde.
Zette
 
 
 
 
 

Voir les commentaires

Publié le par gasclub83
Publié dans : #gasclub83

THIPAUGANAHE

 

 

 

Lieu : Siou Blanc, La Limate

 

 

Participants GAS : Franck, Yves, Laurent.

 

Participants divers clubs : Laure

 

 

Compte rendu : Franck étant à la bourre et devant encore passer à Six-Fours récupérer des éclairages puissants, la sortie a commencé par un entraînement falaise annulé pour Yves. Topol, arrivé en fin d’après-midi aux Cuillerets avec Lilas s’est chargé de rattraper le coup en faisant faire à Yves quelques exercices sur arbre. Je les rejoins avec toute la famille vers 17h30. Il fait déjà très froid. L’herbe est givrée et les flaques prises en glace. L’entraînement de Yves est écourté et on se précipite dans la bergerie pour se réchauffer. On attaque l’apérot. Franck arrive, puis Laure qui sort du Caveau, puis Christine et Steven. Bonne bouf, bonne soirée. Les enfants s’amusent. On monte se coucher. Yves remet une grosse bûche qui crépite pendant1/2 heure empêchant tout le monde de dormir et qui finira par rouler par terre en pleine nuit. MERCI. Vers 5h Myriam se lève avec Manon pour sortir dehors. De retour, voulant caler la porte, elle prend la pierre qui bloquait la pierre, qui calait le bout de bois, qui soutenait la table, qui supportait Christine et Steven ! Un réveil en sursaut qui vaudra à Steven une grosse douleur aux cervicales.

Réveil à 9h, petit dèj suivi immédiatement par des grillades, du fromage…

 

Steven n’est pas en forme, Topol redescend avec Lilas, Myriam avec Manon et Julie. C’est à 4 que l’on part pour le Thipau. Franck attaque le premier. Il est 13h30. Yves se débrouille bien sur les fractionnements. On l’encadre avec Laure. Je ferme la marche ce qui fait qu’une partie du fond de la salle est éclairée quand j’arrive 70m au dessus. C’est grandiose. Un volume du Marguareïs à Siou Blanc ! Je rejoins le groupe dans la salle. Ca croustille sous les pieds. Je pense que Yves a du se faire peur car les derniers 50m sont impressionnants. On fait le tour de la salle en suivant les rubalises mises en place pour éviter que les spéléos la salissent en totalité. A l’aide des éclairages et du pied, on flash un peu partout. Puis on remonte, Laure et moi encadrant Yves qui prendra une petite gifle à la remontée du P90. A 18h tout le monde est dehors dans un univers glacial. On ne traîne donc pas à se déséquiper et à se dire au revoir. Yves est ravi et fatigué. Avec Franck on visionne les photos à la maison. Il y en a des magnifiques.

 

L’équipe à Tainton a vraiment fait une belle découverte et elle le mérite. Descendre ce puits en première a du être quelque chose d’énorme. Heureusement que la salle se trouve à -120m. Ca va peut-être limiter les explorations massives et préserver ce lieu magique.

 

 

                                                                                                                  Laurent

 

Voir les commentaires

Publié le par gasclub83
Publié dans : #gasclub83

Participants GAS : Franck, Yves, Laurent.

 

Participants divers clubs : Laure

 

Compte rendu : Franck étant à la bourre et devant encore passer à Six-Fours récupérer des éclairages puissants, la sortie a commencé par un entraînement falaise annulé pour Yves. Topol, arrivé en fin d’après-midi aux Cuillerets avec Lilas s’est chargé de rattraper le coup en faisant faire à Yves quelques exercices sur arbre. Je les rejoins avec toute la famille vers 17h30. Il fait déjà très froid. L’herbe est givrée et les flaques prises en glace. L’entraînement de Yves est écourté et on se précipite dans la bergerie pour se réchauffer. On attaque l’apérot. Franck arrive, puis Laure qui sort du Caveau, puis Christine et Steven. Bonne bouf, bonne soirée. Les enfants s’amusent. On monte se coucher. Yves remet une grosse bûche qui crépite pendant1/2 heure empêchant tout le monde de dormir et qui finira par rouler par terre en pleine nuit. MERCI. Vers 5h Myriam se lève avec Manon pour sortir dehors. De retour, voulant caler la porte, elle prend la pierre qui bloquait la pierre, qui calait le bout de bois, qui soutenait la table, qui supportait Christine et Steven ! Un réveil en sursaut qui vaudra à Steven une grosse douleur aux cervicales.

Réveil à 9h, petit dèj suivi immédiatement par des grillades, du fromage…

 

Steven n’est pas en forme, Topol redescend avec Lilas, Myriam avec Manon et Julie. C’est à 4 que l’on part pour le Thipau. Franck attaque le premier. Il est 13h30. Yves se débrouille bien sur les fractionnements. On l’encadre avec Laure. Je ferme la marche ce qui fait qu’une partie du fond de la salle est éclairée quand j’arrive 70m au dessus. C’est grandiose. Un volume du Marguareïs à Siou Blanc ! Je rejoins le groupe dans la salle. Ca croustille sous les pieds. Je pense que Yves a du se faire peur car les derniers 50m sont impressionnants. On fait le tour de la salle en suivant les rubalises mises en place pour éviter que les spéléos la salissent en totalité. A l’aide des éclairages et du pied, on flash un peu partout. Puis on remonte, Laure et moi encadrant Yves qui prendra une petite gifle à la remontée du P90. A 18h tout le monde est dehors dans un univers glacial. On ne traîne donc pas à se déséquiper et à se dire au revoir. Yves est ravi et fatigué. Avec Franck on visionne les photos à la maison. Il y en a des magnifiques.

 

L’équipe à Tainton a vraiment fait une belle découverte et elle le mérite. Descendre ce puits en première a du être quelque chose d’énorme. Heureusement que la salle se trouve à -120m. Ca va peut-être limiter les explorations massives et préserver ce lieu magique.

 

 

                                                                                                                  Laurent

 

Voir les commentaires

CALENDRIER

23.08: Maglia (complet

24.08: vallon de basséra?

25.08: vallon de carleva?

17-18.10: week-end plateau de Siou blanc

 

 

 

 

 

 

historique et presentation

Au départ, 4 copains de Carqueiranne qui pratique la spéléo depuis l’âge de 15 ans.

Nous nous rapprochons vite du SCS (Spéléo Club de Sanary), club très structuré où la famille Clément nous accueille à bras ouverts. Pendant 4 ans, Hervé Tainton, président du club va nous entraîner sur de nombreux massifs calcaires dans des aventures plus rocambolesques les unes que les autres.

Petit à petit, nous faisons découvrir notre passion à d’autres amis de notre commune. En 1983, nous décidons de nous émanciper en créant un club à Carqueiranne. Etant tous motards, nous avons fait en sorte que les initiales du nom fassent GAS, le G étant tiré d’une vieille légende provençale.

 

Depuis le début, le club est affilié à la FFS (Fédération Française de Spéléologie) avec une forte implication dans la vie et les actions fédérales.

Par ailleurs, il a un agrément « Jeunesse et sports » et est membre du CDS 83 (Comité Départemental de Spéléo).

Son fonctionnement est totalement basé sur le bénévolat. Les anciens initient et forment les nouveaux qui à leur tour deviennent encadrant.

Actuellement, il est partenaire actif de l’EDSC 83 (école départementale de spéléo et de canyon) et est engagé auprès du SSF 83 (spéléo secours) pour diverses missions spécialisées.

Il dispose d’un matériel collectif conséquent qui permet de pratiquer la spéléologie sportive ou d’exploration, le canyoning, l’escalade et la randonnée engagée.

 

Deux bulletins retraçant nos aventures de 1983 à 1997 ont été édités par Alain Kilian et sont disponibles ci dessous, ainsi que tous les comptes-rendus annuels d’activités depuis 2005.

 

Comptes rendus annuels

 

Toutes les vidéos sont à retrouver sur le lien :

 

Vidéos

 

Quelques articles de presse :

 

Articles

 

COMPOSITION DU BUREAU

 

Présidente : Laure Mattéoli

Vice présidente : Carine Fourcade

Trésorier : Franck Prévost

Secrétaire : Laurent Kilian

Secrétaire adjointe : Zette Mattéoli

 

Adresse postale : 79 rue Jean Jaurès, 83320 Carqueiranne

Tel : 06 09 09 28 12

Mail : contact@speleogas.org

Articles récents

Hébergé par Overblog