Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GALAMAOUD ASSOCIATION SPELEO

GALAMAOUD ASSOCIATION SPELEO

Actualités du club spéléo de Carqueiranne

Publié le par Yves
Publié dans : #Spéléo
Participants : Franck, Laurent et Yves.

Entrée ; 10h30. Sortie ; 21h30. TPST : 11h.

 Après les premières grosses pluies, le caveau n'est plus à l'étillage, le débit n'est pas conséquent.
Au programe, sondage du siphon terminal pour évaluer les futurs travaux à réaliser.
Nous étions munis d'une lampe de plongée. Quelques secousses à la descente ne l'empèchent pas de s'allumer au premier essai. Elle n'éclairera plus au second. Nous démontons l'ampoule et constatons que si le filament a l'air entier, elle a une vilaine teinte grisatre.
Nous nous engageons dans la Grande Faille en file indienne, Laurent en tête, moi en suite, revétus de néoprène. Franck ferme la marche, équipé d'un puissant projecteur non submersible.
L'homme de tête s'engage résolument dans le liquide déjà trouble. Un nuage se répend autour de lui et l'englobe rapidement. Il ne verra pas beaucoup plus loin que le bout de son nez, et c'est à tâton qu'il définira la configuration de l'espace qu'il explore. Nous retrouvons la description de Michel Guis : la faille s'ouvre d'abord sur la gauche, puis continue au fond vers la droite étroite. La lumière du casque s'enfoncera à environ 1 mètre sous l'eau, quand il scrute la suite. Cela donne une profondeur d'environ 2m50, 3m.
La prochaine sortie nous essaierons d'avoir une lampe efficace. Avec un peu de chance il y aura moins de particules en suspension.
Nous effectuons quelques mesures dans la Faille, puis revètons nos combi et buri. Pendant ce temps, Franck a disparu dans les plafonds.
Il avait repéré une lucarne à la descente. Remonté après notre explo, il l'a équipée. Elle ouvre sur un méandre étroit au départ. Il a l'air d'être plus large derrière. C'est un aval sans doute actif pendant les crues. Nous nous engageons, l'un après l'autre dans l'étroit départ, avant de remonter.A suivre...





Voir les commentaires

Publié le par Yves
Publié dans : #Spéléo
Avec Topol et Laurent.
Connaissant bien le fond de la cavité, j'équipe. C'est un excellent entraînement pour valider l'enseignement reçu de Maître Bombarde.
Spit après spit, oreilles de lapin après sangle, étroitures en méandre après méandre étroit, me voilà une nouvelle fois face à face avec le siphon. Je m'engage précautionneusement dans la flaque pour préserver la visibilité. L'eau est limpide, je vois très clairement le fond. Il est constitué de particules d'argile en suspention. Ce n'est pas le fond que je vois, mais un nuage comme si j'étais en haut d'une montagne, et que je contemplais une nappe de brùme au fond de la vallée. Le très faible courant y a creusé un sillon qui s'enfonce et vire sur la gauche. Pour voir de plus près, je poursuis ma progression. Bientôt, sous mes pieds, la pente devient abrupte et j'ai de l'eau jusqu'à la poitrine. Lors de ma première approche, je n'étais pas allé si loin, et le plafond de nuage m'avait caché la descente.
La Grande Faille, dans mon souvenir était plus large, et je comptais y placer des sacs pour entreposer l'eau.
Petite pause pour fumer une cigarette, mon tabac resté dans ma combi est mouillé... Heureusement, je peux me faire dépanner.
Laurent me demande si j'en ai pris un coup au moral, me trouvant, sans doute, un air dépité. Avec la faille qui rétrécit, et le siphon qui grandit, je suis plus que perplexe, voir pessimiste. Il va falloir mettre les sacs plus haut et tirer plus de liquide avec des pompes aux capacités limitées. La stratégie et le matériel envisagés sont à revoir.
Tout au long des méandres, Laurent s'est extasié sur le travail et la persévérance de nos prédécésseurs. Il l'ont effectué dans des conditions, on peut le dire, difficiles.
Quand à Topol, il a fait, par inadvertance, l'escalade dans la Grande Salle en bas du Lapiaz Souterrain, pour se trouver face à un maillon rapide fortement oxydé.
Prochaine sortie du GAS au Caveau ; weed-end du 15 octobre. Plongée du siphon en apnée,  pour voir d'un peu plus près.

Voir les commentaires

Publié le par Laure
Publié dans : #Spéléo

Participants : Sandrine, Jean-Luc, Samuel, Yves, Franck et Laure

 

L’explo commence par l’explication ou le rappel des techniques de descente pendant que Franck équipe. S’ensuivra de multiples exercices sur la mise du  baudrier et des divers instruments (tient, mais pourquoi donc ?!)

La descente se déroule sans soucis avec  une maîtrise épatante des initiés et autres.

Il y a moins d’eau que ce que l’on pensait, mais on ne passera pas la voûte mouillante par manque de temps.












                  Jean - Luc                                                                        Sandrine














Voir les commentaires

Publié le par Christine
Publié dans : #Spéléo
Armés du matériel, utilisé précedemment au Cyclop, fraîchement récupéré et nettoyé, Yves et Lolo  se sont lancés dans l'équipement du Caveau ce matin même .
Quand je suis arrivée à 15 h sur les lieux, les 100 premiers mètres étaient déjà équipés et nos 2 gaziers étaient remontés en surface pour se restaurer . Il restait 3 kits à descendre, et nous étions 3, le compte est bon ; Lolo se "lance", suivi de Yves et moi-même. Yves me prévient qu'il a choisi d'équiper "court" privilégiant la sécurité (mono-spits) mais ce n'est pas trop confortable à la remontée...
Lolo a donc équipé une centaine d'autres mètres, et nous laissons du matériel à - 200 pour la suite de l'équipement qui sera fait une prochaine fois .
A la remontée notre Lolo arrange et pose quelques dév., notre Yves casse la sangle de son pantin, et vers 19 h, nous sommes dehors à discuter de ce qui a été fait et de ce qu'il reste à faire (...), en savourant une bière ou un thé chaud.
Nous sommes tout propre, car la cavité n'était ni trop mouillée, ni boueuse, pourvu que ça reste un peu comme ça, d'ailleurs !
L'opération "Caveau" est donc lançée (mais jusqu'où iront ils ?) .

Voir les commentaires

Publié le par Laure
Publié dans : #Spéléo



Suite au forum des associations, rendez-vous est donné à 14h pour se rendre au Reggaïe de Néoules.

Cécile, Emeline, Josette, Nathalie et Charlotte sont accompagnés par Zette, Laurent, Myriam, Manon, Julie, Franck et Laure pour découvrir le milieu souterrain.


Rien n’échappe à notre explo : les gours, la salle de sable (passage obligé pour quelques roulades), la salle des carottes puis des bougies.

























     Tout le monde sort comblé de cette visite.
 « C’est quand la prochaine ? »
TPST : 4h

Pendant ce temps, Yves prospecte…




Voir les commentaires

Publié le par gasclub83
Publié dans : #gasclub83

Participants : Yves, Christine, Topol, Laurent, Laure et Franck.

Réunion de travail en ce Mercredi soir. Au programme nettoyage et contrôles du matériel du Cyclopibus. Résultat : 545M de cordes nettoyées, contrôlées, recoupées, remesurées et 19 mousquetons à réformer sur une soixantaine !







Voir les commentaires

Publié le par Franck et Yves
Publié dans : #Spéléo

Participants : Laure, Franck, Laurent, Topol, et Yves.

Laurent part le premier vers 11h30  pour aller démêler le sac de nœuds du p160, suivi de Topol et Yves. Laure et Franck suivront 30min plus tard et doubleront Yves en bas du p80 (c'est devenu une habitude) pour aller rééquiper l'escalade en fixe.

Yves ira dans un premier temps, régler son compte au barrage qui retient l'eau dans l'étroiture après le p80 à coup de massette (il était temps), puis farfouillera en bas du puits avant l'escalade que l'on passe en main courante. Au fond, il y a un méandre étroit qui a été élargi. Il donne sur une faille transversale. L'eau part au fond à -148 dans ce qui est la suite du méandre. Il est possible d'élargir un peu pour aller voir si ça ne va pas plus loin. C'est là que se perd l'écoulement d'eau de ce qui est la première partie du cyclop. En bas de l'escalade, sur la gauche dans le sens de la progression, il y a une petite ouverture qui est le bas d'un puits remontant. En ouvrant, il pense qu'on aurait accès à une cheminée.

Pendant ce temps, Laure, qui a récupéré les cordes de l'escalade, attend Franck partit récupérer leur fardeau au sommet du p160. Tous les 5 ressortiront bien chargés vers 18h.

 Nous avons déséquipé mais le cyclo n'est pas fini pour autant. Les possibilités sont multiples et rien ne dit que nous soyons arrivés au bout de son développement. Laurent s'est arrêté au fond du boyau car ce n'est pas confortable et peu prometteur, mais...

Voir les commentaires

Publié le par Laure


Fidèles au rendez-vous, nous avons une nouvelle fois
 participé au forum des associations organisé à Carqueiranne.

Une journée de découverte du milieu souterrain a été prévue le samedi suivant : quelle organisation cette année ! tout y est : les cartes du club, les fiches d’inscription, les assurances, les articles de journaux…

A la semaine prochaine pour le résumé de la sortie.

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Yves et Franck
Publié dans : #Spéléo

 

Participants : Franck, Yves, Laurent

Laurent part en tête vers 11h30. Franck double Yves en bas du puits François, alors qu'il évacue la surchauffe de la texair. Il en profite pour se pencher un peu sur les écoulements d'eau entre l'étroiture et l'escalade. En bas de celle-ci, il repère un méandre. C'est sans doute par là que le son passe. IL repère ensuite la sortie en dessous de l'épée de Damoclès, à gauche de la dev.

Quand Yves rejoint Franck, la topographie du font est presque terminée. L'utilisation des instruments dans cet environnement boueux est assez délicate et malgré le manque de pluies sur le plateau durant les deux mois d'été, la cascade coule toujours ainsi que l'arrivée d'eau dans le boyau.

Laurent au milieu de la conduite forcée, y va avec entrain à la massette. Franck note un certain enthousiasme dans la résonance des coups... L'enthousiasme était au labeur, mais seul son bras peut pénétrer dans le double fond dans lequel l'eau disparaît.

En dernier recours, il dépasse le terminus de Franck de trois mètres (voir article du 14 mai : « cyclo première et fin ? »), agrandit le colmatage de boue à la main, et réussit à passer !

Le plafond est de moins en moins haut et après environ cinq mètres de progression, il bute sur une vasque d'eau d'un mètre de diamètre. Le plafond est à vingt cinq centimètres et derrière il semblerait que la progression soit encore possible !... Mais le risque de s'engluer dans cette vasque à 30m de l'entrée du boyau, seul en sachant qu'en cas de problème nous ne l'entendrons pas, lui fait rebrousser chemin.

De retour dans la salle, il nous avouera qu'il faudrait être cinglé pour aller plus loin !

Il est trempé, et son casque est tellement recouvert de boue, qu'il a pensé plusieurs fois être tombé en panne de lumière !...

Franck fait une dernière visée dans le boyau, pendant que Yves repart en tête, se chargeant des cordes qui traînent dans le puits Dominique au fil de sa remontée.

Il attend une bonne demie heure au bas du puits Marina pour faire le point et reprendre un kit éventuel et se fait doubler par Franck chargé d'un gros sac qui lui explique qu'avec Laurent, ils ont déséquipé le puits Dominique et le p50 avec la grande vire.

Au bas de l'escalade, Yves appelle Laurent dans le méandre qui lui répond comme si il était à quelques mètres. Yves lui fait remarqué comme « on entend bien » et poursuis sa progression rapidement pour ne pas se faire pousser au cul. Malheureusement pour Laurent, il ne poursuit pas la conversation...

Au fil de sa progression, il observe de nouveau les éventualités d'une suite dans ce secteur. Il franchit l'étroiture sans problème et attaque la remontée sur corde du p80. Il entend batailler au fond l'énergumène qui est à sa poursuite et attaque le grand fractio pour que Laurent ne reste pas une éternité à attendre en bas, mais il ne voit rien sortir. Ce qu'il a dû entendre, c'est sans doute Franck qui se battait avec son kit dans la banane comme un bourrin. Yves ne voit toujours rien sortir de l'étroiture et vu la rapidité de Laurent ce n'est pas normal. Il se perd en expectative. Vu sa côte flottante heurtée dans une glissade la semaine dernière, qui le gêne pas mal, vu les sur chauds dans la texair qui l'épuisent, vu son crawl qui dérape, il ne se sens pas trop de redescendre et repasser les étroitures pour rien. L'attente s'éternise, l'inquiétude monte. Que dois-il faire ?...C'est avec soulagement qu'il entend marmonner au fond du puits. Monsieur a voulu remonter les cordes sans défaire les nœuds !

Ce qui a eut pour effet de le bloquer dans l'étroiture du haut du P160, avec deux fois 60M de cordes tendues sous lui !!!

A 19h, tout le monde est dehors et le cyclo à moitié déséquiper a été prolongé de 8M en première. La topographie sera bientôt publiée sur ce blog !

 

En attendant voici l'article de Var Matin



Voir les commentaires

Publié le par Laure
Publié dans : #Spéléo

Participants : Laure et Franck.

 

On profite d’un petit passage dans les belles gorges du Tarn pour une excursion souterraine. La grotte du coutal part du village des Vignes. Une entrée construite nous mène à une première vire. Un petit puits, quelques étroitures et quelques détours, puis nous longeons la rivière souterraine.

TPST : 4h

Voir les commentaires

CALENDRIER

 

10 &11.07.2021: souffleur

du 26 au 31.07.2021: camp en haute savoie avec traversée de la diau et merveilleuse/vertige

16 & 17.10.2021: exercice secours au Mouret

 

 

 

 

 

historique et presentation

Au départ, 4 copains de Carqueiranne qui pratique la spéléo depuis l’âge de 15 ans.

Nous nous rapprochons vite du SCS (Spéléo Club de Sanary), club très structuré où la famille Clément nous accueille à bras ouverts. Pendant 4 ans, Hervé Tainton, président du club va nous entraîner sur de nombreux massifs calcaires dans des aventures plus rocambolesques les unes que les autres.

Petit à petit, nous faisons découvrir notre passion à d’autres amis de notre commune. En 1983, nous décidons de nous émanciper en créant un club à Carqueiranne. Etant tous motards, nous avons fait en sorte que les initiales du nom fassent GAS, le G étant tiré d’une vieille légende provençale.

 

Depuis le début, le club est affilié à la FFS (Fédération Française de Spéléologie) avec une forte implication dans la vie et les actions fédérales.

Par ailleurs, il a un agrément « Jeunesse et sports » et est membre du CDS 83 (Comité Départemental de Spéléo).

Son fonctionnement est totalement basé sur le bénévolat. Les anciens initient et forment les nouveaux qui à leur tour deviennent encadrant.

Actuellement, il est partenaire actif de l’EDSC 83 (école départementale de spéléo et de canyon) et est engagé auprès du SSF 83 (spéléo secours) pour diverses missions spécialisées.

Il dispose d’un matériel collectif conséquent qui permet de pratiquer la spéléologie sportive ou d’exploration, le canyoning, l’escalade et la randonnée engagée.

 

Deux bulletins retraçant nos aventures de 1983 à 1997 ont été édités par Alain Kilian et sont disponibles ci dessous, ainsi que tous les comptes-rendus annuels d’activités depuis 2005.

 

Comptes rendus annuels

 

Toutes les vidéos sont à retrouver sur le lien :

 

Vidéos

 

Quelques articles de presse :

 

Articles

 

COMPOSITION DU BUREAU

 

Présidente : Laure Mattéoli

Vice présidente : Carine Fourcade

Trésorier : Franck Prévost

Secrétaire : Laurent Kilian

Secrétaire adjointe : Zette Mattéoli

 

Adresse postale : 79 rue Jean Jaurès, 83320 Carqueiranne

Tel : 06 09 09 28 12

Mail : contact@speleogas.org

Articles récents

Archives

Hébergé par Overblog