Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GALAMAOUD ASSOCIATION SPELEO

GALAMAOUD ASSOCIATION SPELEO

Actualités du club spéléo de Carqueiranne

Publié le par Edouard

Samedi 5 octobre

Grotte de brun dans le Gard, Damien Vignoles nous a proposé de nous apprendre l’escalade artificielle à Thomas et à moi alors nous voila ! Présentation de tout le matériel pour l’escalade.

Dimanche 6 octobre

Départ pour le fond : 2 escalades à faire. Je commence la première, Damien et Aurélien Etienne me donnent des " trucs et astuces"  qui me permettent d’atteindre le haut de l’escalade (20m) sans trop de difficulté d’où un petit méandre part.  Aurélien me rejoint et part avec la massette pour tenter de passer mais elle se finit en étroiture impénétrable. La suite n’est pas par là ! Thomas et Enzo partent faire la 2ème escalade (30m). Ils auront plus de chance et feront un peu de première mais l’heure tourne il est temps de sortir ! Je pars avec une autre équipe pendant que Damien, Enzo et Thomas continuent l’explo. La suite au prochain épisode!

Voir les commentaires

Publié le par Edouard

3 participants : Thomas, Camille , Edouard

 

27,28,29 septembres 2019.

 

Le vendredi vers 22h on descend pour aller a -600 au bivouac on descend avec 4 kits et 1 Sherpa le but étant de remettre à neuf le bivouac et d’aller explorer les galeries de l’amont et de l’aval pour de futures explos et une future COJ. On ressort le dimanche vers 20h.

le souffleur (Vaucluse)
le souffleur (Vaucluse)
le souffleur (Vaucluse)
le souffleur (Vaucluse)
le souffleur (Vaucluse)
le souffleur (Vaucluse)
le souffleur (Vaucluse)
le souffleur (Vaucluse)

Voir les commentaires

Publié le par Laure

Participants: Julien, Mika, Édouard et Laure

Après le boulot, nous nous rejoignons pour une immersion souterraine.

Les araignées se régalent dans l'entrée après trois mois de fermeture du massif.

Je crise un peu, file et enfin parvient à un seuil sans araignée. Bien, nous commençons la descente. L’équipement est bof mais nous trouvons les points qui nous intéresse pour descendre.

Julien tente l'étroiture, plusieurs fois, mais finit par renoncé à la passer. Il préfèrera la compagnie extérieur des sangliers et des vaches. Mika vient en haut du P60 pour nous dire qu'il retourne avec Julien.

Nous continuons donc avec Edouard.

Un spit pourri...je suis prête à renoncer, mais Edouard trouve finalement un deuxième bien plus haut.Bon, on trouve un amarage juste en dessous. Ca le fait!

A peine le sol toucher, nous remontons et rentrons chez nous!!!

C'est quand même bon la spéléo le soir! On rentre heureux chez nous!

le provençal

Voir les commentaires

Publié le par Laure

Participants: Fred, Patou, JC, Laure, Franck, Clem, Alice

Il fait chaud pour enfiler les néoprènes! On tortille Alice dans tous les sens, jusqu'à ce qu'on se rende compte que nous n'avons pas pris la bonne taille et que celle qu'on essaie désespéramment de lui mettre était à destination du club!!! Une fois le changement effectué, il fait encore plus chaud et nous apprécions nous faufiler dans la grotte fraiche.

Nous observons tranquillement les limaces et papillons, découvrons une vertèbre et une formation de roche creusée très jolie, en attendant que Fred équipe.

Enfin, la rivière. Nous la parcourons jusqu'au S2 et apprécions les jolies cascades.

Puis direction le S3. Là, pas de doute, il faut nager. Patou et JC m'aide à gérer les filles pendant que Fred file devant pour filmer une eau encore claire.

Pendant ce temps Franck s'occupe de l'équipement de la cavitée...

Nous sortons certes un peu tard, mais les filles sont ravies de leur première exploration d'une rivière souterraine!

planeselves
planeselves
planeselves
planeselves
planeselves
planeselves
planeselves
planeselves
planeselves
planeselves
planeselves
planeselves
planeselves
planeselves
planeselves
planeselves

Voir les commentaires

Publié le par Edouard et Christophe

Quelques belles verticales nous trottaient dans la tête, le GAS les a faites.

La finalité se trouvant au pays Basque, une étape, un échauffement s'impose. Rabanel va ouvrir le bal. Nous y arrivons en début d'après midi après 2 bonnes heures de voiture et 25 mn de marche. Le gouffre est beau et nous motive !  Au fond du puits nous sommes dans une grande salle, sur un large cône d'éboulis qu'il faut descendre pour commencer la visite. Ce sera d'abord la galerie du renard, pas bien longue puisque nous arrivons rapidement devant le P25 qui aurait dû nous permettre d'aller au fond, ce que nous ne ferons pas faute de corde... À notre décharge ce n'était pas le but de la visite. Nous revenons sur nos pas pour faire l'escalade E28 du réseau du SCL et descendons sur les fesses le toboggan jusqu'à la tête du P13 où nous nous arrêtons n'ayant pas plus de corde que pour le P25 précédent... Nous n'avons plus qu'à ressortir, retourner à la voiture et rejoindre l'étape suivante à un peu plus d'une heure de route.

Le GPS s'occupe de tout et sommes bien contents d'arriver dans un joli champ, idéal pour notre bivouac, à 2 mn de marche du Mas Raynal. Il ne fait pas encore nuit, nous en profitons pour chercher et repérer la potence, porte d'accès à notre balade du lendemain. De la surface nous entendons la rivière qui coule au fond du P100.  Le lendemain justement, nous sommes à 08h00 au bord du trou bien décidés à tester le gros morceau de cornière scellé dans la paroi qui sert de potence. L'équipement est plaisant et nous prenons rapidement pied sur un gros IPN posé en travers du torrent. Nous rejoignons la berge en passant entre les rochers et allons voir l'aval, puis l'amont où se trouve un impressionnant barrage en béton. La visite terminée, nous remontons, déséquipons et mangeons avant de prendre la route pour le pays Basque qui sera le clou du we.

Col d'Aphanize ou d'Aphanicé (c'est selon), nous y sommes en fin d'après-midi accueillis par les moutons, les vaches et les chevaux. Au bord de la route nous voyons la doline effondrée entourée de fil de fer barbelé, qui nous faisait rêver depuis quelques temps déjà. Le gouffre d'Apanice  (là encore on ne se battra pas pour l'orthographe...) est là ! Nous y sommes ! On profite un peu du paysage, on descend dans le fond de la doline voir un peu l'allure du trou et après un moment de réflexion on se dit qu'il est un peu tôt pour installer le bivouac et que ce serait une bonne idée que d'équiper les premiers puits. Ce sera ça de moins à porter le lendemain. À 18h00 nous lui rentrons dedans. Le premier ressaut  d'une vingtaine de mètres franchis, nous sommes devant le 1 er puits, beau P56, suivi d'un P41, les 2 s'enchainent bien et nous arrivons dans une zone de méandres ou s'intercalent un petit puits où il faut penduler pour trouver la suite et le P17 qui conclue la 1 ère partie du gouffre avant le Graaaand puits.... On ne lui voit pas le fond, on l'a admiré, on repère les amarrages et on se dit qu'il faut remonter mais qu'il ne perd rien pour attendre, demain il y passe !... Quand nous ressortons un peu après 20h00, la nuit tombe, il est temps de manger, jeter les tentes et rêver à ce qui nous attend ? La suite est pour Édouard.

 

Le lendemain Thibault et Camille du escandaou (SCPA) sont aussi présent on descend les 2 gros sherpas avec 2 cordes de 200 m en 8,5mm et un bout de 30 m pour le fond du fond, la descente fut rapide jusqu'au grand puits, Edouard récupère les 2 sherpas et s'élance dans le P328 ! Roche noire, large, impressionnant!! raboutage de corde a 160 mètres du fond en plein vide... le descendeur chauffe faisant évaporer l'eau de la corde mouillée, le libre retenti dans le puits et Edouard repart pour équiper le reste de la grotte , il manque 2 mètres de cordes pour toucher le fond heureusement ça se désescalade ! Et nous voilà au fond du gouffre de d'Aphanicé a -504 mètres ! Christophe remonte en premier suivit de Camille, on remonte à 2 sur les cordes, les deux déséquipeurs s'attendent à la niche pour installer une micro trac pour remonter la corde.

 

Sortie du puits des pirates, Christophe et Thibault avec les deux sherpas plein remontent à la surface. Camille prend la suite du déséquipement accompagnée d' Edouard.

Sortie de toute l'équipe sous le soleil des Arbailles vers 17h. Ce qui fait une explo d'environ 8h !

Une petite bière dans le champ avec les chevaux au bord du trou pour terminer ce long week-end de grandes verticales.

Christophe et Edouard  

grandes verticales
grandes verticales
grandes verticales

Voir les commentaires

Publié le par FHF

Compte rendu Robert Mura :

 

La deuxième sortie au mois de Septembre, seul cette fois ci, avec Fred, Micka et sa copine (excuse moi je n’ai plus les prénoms) et une copines de la copine de Micka (c’est plus simple avec les prénoms mais je ne m’en rappelle plus)

Là, direction la cavité de Maramoye … Préparation de nos kits à la voiture et une petite marche d’approche de 15mn, sous un soleil de plomb, au passage heureusement qu’il y a du grillage de protection autour du puit d’entrée. Donc la pour moi c’est tout nouveau et beaucoup plus technique, tant mieux c’est ce que j’aime.

Baudrier, descendeur, double longe, Croll,  Poignée d’Ascension, Bloqueur de pied Pantin, mousquetons….

Un super brief sur l’utilisation du matos par mon ami Fred et Micka, l’utilisation du descendeur, les clefs et doubles clefs de blocage du descendeur, du pur bonheur, dans un super endroit.

Allez une petite approche avec la longe, préparation de la corde dans le descendeur, et c’est parti pour la descente du grand puit de 22m… Fred est déjà descendu car c’est lui même qui va équiper la cavité. L’entrée du réseau commence par une boite aux lettres, un peu étroite mais pas de souci ça passe, une petite DEV pour écarter la corde de la paroi,( j’espère que je me trompe pas dans les termes…) donc le premier geste technique ( pour moi bien sur) , le passage de la DEV… DE LA BALLE, puis une petite descente de 10m, puis un P18, et la on arrive au sommet d’un éboulis pour descendre a -110m puis de la marche dans différents réseaux.

Un arrêt pour un petit gouté, pour boire, extinction des lampes pendants quelques minutes, et là c’est une sensation immense, le noir le plus profond, le calme, plus un seul bruit… Je ne sais plus quoi dire tellement l’émotion est énorme.

L’heure de la remonté, tout à la Poignée d’Ascension, la Pédale et le Pantin. Tu te doute bien qu’il n’y a pas d’ascenseur a cette endroit, donc on tire bien sur les bras et on pousse bien sur les jambes, que dire: DU PURE BONHEUR… Une petite parenthèse pour vous dire qu’au fond du grand puit d’entrée il y a une plante rare et protégée c’est la Fougère Scolopendre ou langue de Cerf.

Voir les commentaires

Publié le par gasclub83
Initiation spéléo Les Rampins
Initiation spéléo Les Rampins
Initiation spéléo Les Rampins

Citation

Carine

Participants :

Fred, Anna, Jean Bernard

Le 26 Août 2019

Quel bonheur de faire connaître à mon frère et ma nièce le milieu sous -terrain ..

Anna, 6 ans 1m10 est partie comme une flèche ...

JB , 37 ans 1m80 a serré les fesses quelques minutes avant de pouvoir apprécier ...

Ils sont sortis ravis et ont hâte de faire de la Corde!

Voir les commentaires

Publié le par gasclub83
Escalade au Faron
Escalade au Faron
Escalade au Faron
Escalade au Faron

Participants :

Christian, Carine, Léa

Le 12 Août 2019 : Le Faron

Virée cordes et paroi ..

Bons moments partagés 🤗

Voir les commentaires

Publié le par Laure

A l'initiative du GARS, club spéléo d'Ampus et principalement de Yves, nous partons en Sardaigne pour découvrir son monde souterrain!

Voici nos expériences

 

15.08.2019 :

Traversée en bateau sans encombre pour Alice, Clémence, Franck et moi (Laure). Arrivée à Porto Torres vers 20h, direction Bonnanaro et la chapelle de la monte arosa pour y passer la nuit. Pas de chance, une soirée de jeunes sardes y est organisée. Nous bifurquons alors vers le parking du monastère San pietro di sorres où les chiens chanteront à tue tête toute la nuit…. Grrrrr

 

16.08 :

Le lendemain, nous partons faire la rando autour du Monte Rasu, dans le centre de l’île. On s’avance en camion, nous trompons de chemin. Mince, on se retourve sur le chemin du retour. D’un coup, un chien hargneux nous course et se jette contre le camion, toutes dents dehors… bon, passer à pieds par ici ne m’enchante guère. Nous limiterons notre exploration des environs par le sommet du Monte Rasu, atteint en 10 minutes…bel effort !

Ce sera le lac Omeda et la chapelle Santa Greca qui nous accueillera pour la nuit : des oliviers séculaire et une belle vue sur le lac. Chouette.


 

 

17.08

Nous rejoignons le reste du groupe (Pierre, Maria, Isa, Yves et JF) à Dorgali et nous nous installons dans la maison ; puis plage à Cala Gonone en direction de Cala Fiuli.

 

18.08

Donini pour tous sauf Clem, Alice et moi-même qui les accompagnons sur le chemin d’accès.

Ah mince, on a dû passer l’entrée. J’hésite un court instant à continuer par la rivière pour aller vers la Pischina Urtadala mais des ronces nous en dissuadent. Bien moins drôle que de sauter de rocher en rocher, mais nous avons bien fait. Il nous aurait juste manqué une corde de 50m pour arriver à la pischina…

Nous poursuivons alors le chemin jusqu’au point de vue sur la gola di Gorrupu. De gentils sardes dont Mauricio nous racontent plein de choses… nous ne comprenons bien évidement rien à ce qu’il nous raconte, mais acquiesçons poliment et nous retiendrons juste que le petit chien les accompagnants se nomme Sirius Black… le bonheur pour les filles !

Nous patientons bien une heure face à la sortie de Donini espérant voir l’autre groupe en sortir. Nous les attendrons finalement au parking initial, temps de jeux entrecoupés de sauts dans la voiture quand trop de cochons sauvages s’approchaient de nous.

 

 

DONINI
DONINI
DONINI
DONINI
DONINI
DONINI
DONINI

DONINI

RANDO PISCHINA URTADDALA
RANDO PISCHINA URTADDALA
RANDO PISCHINA URTADDALA
RANDO PISCHINA URTADDALA

RANDO PISCHINA URTADDALA

19.08

Grotte du jour, Lovettecannas. Les filles sont de la partie et aucun matériel n’est nécessaire et nous crapahutons gaiment. Tout le monde est attentif les uns aux autres, surtout envers les filles (Merci !). Du coup elles se surpassent et avancent bien. Au bout de presque 2h, Alice montre quelques signes de fatigue et faisons demi-tour. Leur premier – 100 tout de même! Clémence repère le chemin facilement vers la sortie grâce aux catadioptres bien positionnés.

« C’était vraiment beau et en plus, on a vu des nyphargus ; c’était trop bien » ALICE

Denis nous rejoint le soir.

 

SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019

20.08

Su palu...bientôt le compte-rendu de Franck... En attendant, quelques photos

SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019

21.08

Canyon sec de Codula Fiuli ; Yves, Pierre, Denis, Franck, Laure, Clém, Alice

Un renard dévorant un marcassin, un serpent...nous sommes au bon endroit ! Après 30 ‘ de marche, les premières descentes sur cordes. Cela devient de plus en plus encaissé. C’est vraiment plaisant mis à part certaines broches qui bougent en haut du P21…argh !

Et nous voilà rapidement au niveau de la marche terminale où nous retrouvons le reste du groupe pour un pique-nique sur la plage.

SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019

22.08 : grotte de Gutturu e’ Mugulavore, mon coup de coeur !

Tous sauf Franck, Clem et Alice.

Repérée la dernière fois par Yves et Pierre lors de l’exploration de lovettecannas, l’entrée est trouvée immédiatement. Des goujons, une roche friable, voir pas d’amarrage : l’équipement frotte et n’est pas aisé. Il sera donc repris à juste titre par Denis puis par Pierre et Yves.

Je m’enquille dans une trémie en cherchant le chemin et vois mon premier géotriton. Ne connaissant pas cette bêbête, je la décris comme mi-lézard, mi-teckel, mi-salamandre. Le descriptif ne persuade pas mes comparses du jour. Je m’engage plus en avant dans la trémie, je suis effrayée par l’instabilité des lieux et m’échappe rapidement. Le passage est effectivement plus bas, dans une diaclase étroite. Elle nous conduit au dernier puits de la cavité, haut d’une dizaine de mètres (C15). Ouh…ça frotte encore !

Pour l’instant, nous sommes peu emballés et décidons de manger un bout avant de se faufiler dans une trémie.

Première salle et premières merveilles. Elle est très concrétionnées et nous régalons nos rétines. Et incroyable, nous descendons dans du granit!!!

Nous cherchons un peu le passage, la topo étant peu précise. S’en suivront des rampings dans des graviers et de l’eau, des glissades étroites, des salles immenses et des concrétions hallucinantes et un campement. Les plus mémorables :

La fistuleuse brosse à dents, qui bouge légèrement avec le courant d’air

Le gour aux chanterelles

La colonne stalagmitique immense et blanche.

 

Nous sommes à la page 4 sur 7 de la topo quand nous décidons de faire ½ tour. En effet, l’heure avance et JF nous attend un peu plus haut.

Une cavité assez physique mais vraiment superbe et il reste encore beaucoup de choses à y voir que nous n’avons pas eu le temps d’explorer.

 

SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019

23.08

Tous

Départ pour la vallée de Lanaitho pour aller faire la petite grotte d’Eliches Artas (C20 et 470m de développement concrétionné, selon le descriptif). Arrivés sur place, on s’aperçoit qu’il fallait demander l’autorisation à la mairie d’Oliéna. On tente de négocier, mais les gardes du refuge ne veulent rien savoir. Tant pis. Nous changeons notre idée de départ en une petite rando autour du site. La pluie battante nous oblige à nous replier dans les voitures. Quand ça veut pas, ça veut pas !

 

24.08 Su Bentu

Tous sauf Maria, Clem et Alice (Merci, merci Maria !)

Départ vers 8h30 de la maison pour être sur place à 9h30.

On met le bas des néoprènes à la voiture. La courte marche d’approche derrière le refuge dans le vallon nous mène à l’entrée fraîche de la cavité. Des géotritons sont dans le petit passage fermé par la grille où un fort courant d’air froid se fait sentir.

La porte s’ouvre et la première corde est installée (C25)

Nous descendons et parcourons la cavité sablonneuse. Les traces sont très nombreuses et nous guident jusqu’au deuxième puits (C15-20m et dev) puis jusqu’au troisième, en bas, à gauche (C20 MC + vire + C7).

Le haut des combis est enfilé car l’eau translucide nous appelle.

Premier lac. Isabelle saute joyeusement sur son père qui boit la tasse.

Les niveaux d’eau sont assez bas et nous devons escalader régulièrement des ressauts. Pendant deux heures, nous avançons de vasque en vasques et de biefs en biefs. Là des champignons géants tout en rondeur, là des zones ultras découpées.

Plusieurs fois nous pensons être à la fin de l’actif. Mais non… notre estomac doit encore patienter un peu. Finalement nous nous poserons vers 14h30 et nous nous changerons pour certains avec une sous combi chaude et confortable. Le repas avalé, nous repartons. A nouveau de l’eau. Aie. C’est tellement beau tous ces gours que nous nous remouillons le bas des affaires sans râler. Des « saladiers », des gours taillés, déchiquetés, puis la salle Sahara et ses dunes de sable, la salle Sombrero et son chapeau mexicain et la grande Frana dont on fera le tour sans s’en rendre compte sous le regard moqueur de Denis et Franck qui nous attendent vers la suite.

Enfin, le clou du spectacle, la grandissima Frana et son miroir de faille gigantesque. Vertical, avec une alternance de blanc et de marron, elle s’impose à nous. Franck, curieux veut voir le haut de l’éboulis, mais le chemin n’est pas aisé. Il pédale un peu pour essayer de monter et les pierres dévalent la pente. Le bruit de l’ « avalanche » est très impressionnant du fait de l’écho très particulier de la salle. Petite frayeur pour l’aventurier du jour.

Et c’est le moment du retour. Nous ne pouvons nous empêcher de continuer à faire quelques photos. Nous revoilà au camp de base pour remettre les néoprènes mouillées et manger quelques amandes. Que le moment n’est pas agréable !

De sauts en sauts, nous parcourons l’actif, toujours aussi beau. Et là, PAF ! Denis s’embronche et se cale entre deux lames rocheuses…. Ces côtes n’apprécieront pas. Ce sera donc M. apLATY jusqu’à la fin du séjour !

A 20h30 nous remontons la première corde.  A 21h nous sortons. Il fait nuit noire déjà et trouvons l’air chaud très agréable.

Très très belle explo !

 

SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019

25.08

Plage à Dorgali, sable fin et touristes à gogo

 

26.08

Ispinigoli puis rando au dessus de Bue Marino.

26.08

Ispinigoli

Yves, Isa, Pierre & me

Les autorisations données par la mairie de Dorgali, nous allons dans cette grotte en passant par l’entrée touristique. En bas à droite de la grande salle, le puits nous attends (P60-C85). Nous visitons tout d’abord la partie fossile, jolie mais non exceptionnelle. Et puis nous cuisons littéralement dans nos combis néoprènes ce qui ne nous aide pas à apprécier le lieu à sa juste valeur. Seul Yves et sa sous-combi profite du lieu sans suer comme un bœuf.

Nous mangeons sandwich pour les uns et pates froides pour les autres et allons vers l’actif. Une pieuvre géante en marque l’entrée. Il ne devait pas y avoir beaucoup d’eau, mais nous sommes déjà en train de nager. Finalement, on est plutôt bien dans nos combis néoprènes et Yves regrette sa sous-combi ! Les concrétions scintillent, certains passages sont bas et doivent siphonner avec plus d’eau. On fera demi-tour assez rapidement pour ne pas avoir un Yves congelé. Pierre, qui voit un filet pas très net sur l’eau et des poils pendus à chaque stalactite se réjouit de ce retour. Quelques décrochages et nous ressortons vers les 15h30.

 

SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019

De retour à la maison nous trouvons tous les autres sur le départ pour une petite rando entre Cala Fiuli et Bue Marino. Une toute petite boucle avant d’aller se baigner, qui durera quand même 2h30 !

Le temps est chaud et lourd. Nous tentons un chemin vers l’entrée principale de bue marino. Mais du haut de la falaise nous ne percevons rien de la baume d’entrée. Puis nous partons vers l’entrée nord. La descente se fait par un escalier à flan de falaises, très sympa, mais très rapidement fermé par une grille.

Le bain à cala fiuli sera très rafraichissant et donc fortement apprécié !

SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019

et quelques photos de notre vie de groupe, entre plages, diner dans l'agriturismo Agripaules, et notre maison.

Une belle convivialité et un très chouette séjour!

SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019
SARDAIGNE 2019

Voir les commentaires

Publié le par FHF

Après plusieurs à parler de Spéléo à Bob (Robert), c'est enfin le grand jour.

 

Sortie prévu Maramoye, mais malheureusement le massif est en zone rouge à cause du vent et des risques d'incendie. Du coup beaucoup de cavité sont inaccessible, mais Laure à l'idée d'aller au Regaie. Je ne connais pas la cavité, mais elle m'annonce que Mika y est déjà allé, un coup de fils et c'est partie.

Mika a su nous faire visité les coins les plus humide et caché de cette grotte, un souvenir intarissable que je garderais longtemps cheeky

 

En tous cas, les initiés en sont ressortis comblés, y'a plus qu'a prévoir la prochaine sortie.

 

 

 

Compte rendu Robert :

 

La première sortie au mois de Juillet avec mon ami, le REGAÏE DE NÉOULES, avec en accompagnateur mon ami Fred son épouse Carine, leur fille Léa et une copine de Léa et leur pote Micka du club GAS de Carqueiranne.

Une première pour moi, mon ami en avait fait étant jeune. Nous devions faire MARAMOYE, mais en plein été cela a été très compliqué d’allé sur place compte tenu des risques d’incendie, voir même l’interdiction de s’y rendre.

Donc nous voila parti au REGAÏE DE NÉOULES: marche d’approche de 2,5 minutes et nous voila  devant l’entrée de la cavité, un petit briefing sécurité par Fred, allumage des lampes ( celle de Micka c’est pas une petite lampe de poche au passage) et nous voila rentrées dans la cavité.

On a pas mal rampé, des chatières et on s’est même retrouvés dans de l’eau a 10°, oui et ça pique un peu, surtout quand tu t’y attend pas , mais quelle plaisir, la beauté des roches, des Goures ( t ‘as vue Fred je m’en rappel :-)))  ) remplit d’eau limpide, du pure bonheur. On est sortie avec mon ami super content, moi je ne connaissait pas mais la je me suis dit: vivement la prochaine….

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>

CALENDRIER

23.08: Maglia (complet

24.08: vallon de basséra?

25.08: vallon de carleva?

17-18.10: week-end plateau de Siou blanc

 

 

 

 

 

 

historique et presentation

Au départ, 4 copains de Carqueiranne qui pratique la spéléo depuis l’âge de 15 ans.

Nous nous rapprochons vite du SCS (Spéléo Club de Sanary), club très structuré où la famille Clément nous accueille à bras ouverts. Pendant 4 ans, Hervé Tainton, président du club va nous entraîner sur de nombreux massifs calcaires dans des aventures plus rocambolesques les unes que les autres.

Petit à petit, nous faisons découvrir notre passion à d’autres amis de notre commune. En 1983, nous décidons de nous émanciper en créant un club à Carqueiranne. Etant tous motards, nous avons fait en sorte que les initiales du nom fassent GAS, le G étant tiré d’une vieille légende provençale.

 

Depuis le début, le club est affilié à la FFS (Fédération Française de Spéléologie) avec une forte implication dans la vie et les actions fédérales.

Par ailleurs, il a un agrément « Jeunesse et sports » et est membre du CDS 83 (Comité Départemental de Spéléo).

Son fonctionnement est totalement basé sur le bénévolat. Les anciens initient et forment les nouveaux qui à leur tour deviennent encadrant.

Actuellement, il est partenaire actif de l’EDSC 83 (école départementale de spéléo et de canyon) et est engagé auprès du SSF 83 (spéléo secours) pour diverses missions spécialisées.

Il dispose d’un matériel collectif conséquent qui permet de pratiquer la spéléologie sportive ou d’exploration, le canyoning, l’escalade et la randonnée engagée.

 

Deux bulletins retraçant nos aventures de 1983 à 1997 ont été édités par Alain Kilian et sont disponibles ci dessous, ainsi que tous les comptes-rendus annuels d’activités depuis 2005.

 

Comptes rendus annuels

 

Toutes les vidéos sont à retrouver sur le lien :

 

Vidéos

 

Quelques articles de presse :

 

Articles

 

COMPOSITION DU BUREAU

 

Présidente : Laure Mattéoli

Vice présidente : Carine Fourcade

Trésorier : Franck Prévost

Secrétaire : Laurent Kilian

Secrétaire adjointe : Zette Mattéoli

 

Adresse postale : 79 rue Jean Jaurès, 83320 Carqueiranne

Tel : 06 09 09 28 12

Mail : contact@speleogas.org

Articles récents

Hébergé par Overblog